SOLENNITÉ DU SACRÉ-CŒUR DE JÉSUS

Père Ébodé Onambélé Benjamin, m.s.a.

Bien-aimés du Seigneur,

Le cœur est le siège des sentiments. Lorsqu’on dit d’une personne qu’elle a un bon cœur, cela veut dire que son cœur produit des bons sentiments. Par contre, si on dit de toi, que tu as un mauvais cœur, ça signifie que ton cœur produit de mauvais sentiments. Célébrer la solennité du Sacré-Cœur de Jésus pour moi, fait appel à deux choses :

  1. Célébrer le Sacré-Cœur de Jésus, d’une part, c’est célébrer le cœur du bon Pasteur, du vrai Berger qui donne sa vie pour ses brebis, qui connaît chacune de ses brebis et en prend soin. Le Cœur de Jésus comme bon Pasteur, est doux, humble, tendre, miséricordieux, simple.

  • Un cœur doux. La douceur change les vies et les avis, elle s’oppose à la brutalité, à la violence. La douceur de Jésus a changé bien de vies. Jésus est le partisan de la non-violence. La violence ne peut engendrer que de la violence ; il faut répondre à la violence par la douceur.

  • Un cœur humble et simple. L’humilité s’oppose à l’orgueil et elle consiste à se vider de soi-même, pour se remplir de Dieu ; sortir de soi pour laisser entrer Dieu. Par contre, l’orgueil consiste à se vider de Dieu pour se remplir de soi-même : vide de Dieu et plein de nous-même, cela peut nous conduire à ce qu’on peut appeler : « l’hypertrophie du moi ». L’humilité de Jésus passe par le lavement des pieds et va jusqu’à la mort sur la croix.

  • Un cœur tendre. La tendresse s’oppose à la dureté. Un sol dur, pierreux demeure stérile. Si on veut porter du fruit, on devrait avoir un cœur tendre comme celui de Jésus. On peut être ferme en étant tendre par contre. La fermeté ce n’est pas la dureté.

  • Un cœur miséricordieux. Être miséricordieux, c’est avoir un cœur compatissant, capable de se pencher sur la misère des autres. Un cœur miséricordieux s’oppose à un cœur indifférent, insensible à qui la misère du monde et celle des autres ne dit absolument rien. Jésus a eu des émotions face à la souffrance qui touchait des personnes qu’il rencontrait. Le Sacré-Cœur de Jésus nous révèle non seulement, le cœur d’un Dieu amour, mais aussi l’immense tendresse de Dieu.

    2. Célébrer le Sacré-Cœur de Jésus, d’autre part, consiste à orienter son regard vers la croix pour contempler le côté ouvert de Jésus, son cœur transpercé d’où jaillissent de l’eau et du sang. L’eau a pour rôle de laver, purifier, étancher. La source d’eau qui coule du cœur de Jésus nous lave de nos péchés, nous purifie de nos fautes et étanche nos soifs. Le sang c’est la vie. Jésus a donné sa vie en versant son sang pour nous sauver. Le sang de Jésus est le symbole de son ultime sacrifice, de son amour infini. Jésus a souffert pour nous ; par sa souffrance, il nous donne la vie parce qu’il nous aime.

C’est ce grand amour du cœur de Jésus qui nous donne l’occasion, très chers pèlerins de Marie-Reine-de-Cœurs, frères et sœurs dans le Christ, de nous retrouver à nouveau, après trois mois de rupture, pour célébrer ensemble les grands mystères de notre foi.

Bien-aimés du Seigneur, dès lundi le 22 juin, le sanctuaire Marie-Reine-des-Cœurs de Chertsey vous accueillera pour les célébrations eucharistiques. Compte tenu du nombre limité de personnes (50) admises pour une célébration, nous souhaitons satisfaire le maximum de nos pèlerins en leur proposant deux messes par jour, sauf le samedi (une messe à 11h). Ces messes seront célébrées dans le respect des consignes qui nous sont suggérées par la santé publique.

Ceci dit, nous vous proposons les horaires suivants :

  • Du lundi au vendredi, deux messes : 7h 30 et 11h.

  • Samedi, une messe : 11h.

  • Dimanche, deux messes : 9h et 10h 30.

  • Tous les jours sauf le jeudi, la prière du chapelet est maintenue pour 19h. 

  • Jeudi, adoration avec chapelet eucharistique à 19h. 

Nous sommes très heureux de pouvoir vous accueillir de nouveau, que Marie-Reine-des-Cœurs vous garde toujours sous son manteau maternel.

En tout, loué soit Jésus-Christ !

P. Benjamin, ÉBODÉ ONAMBÉLÉ, msa, Recteur

Père Benjamin Ébodé Onambélé , m.s.a.