Noël un temps pour accueillir

Père Ébodé Onambélé Benjamin, m.s.a.

Comme Jean,  accueillons Marie! 

« Noël un temps pour accueillir »

Comme Jean, accueillons Marie; comme Marie, accueillons Jésus et comme Jésus, accueillons l’humanité. La fête de Noël chaque année nous donne, sans contestation,  l’occasion de nous accueillir mutuellement. Les parents accueillent leur progéniture, les familles s’accueillent entre elles, l’Église accueille les fidèles et les fidèles accueillent à leur tour, Jésus dans l’Eucharistie; lui qui accueille nos péchés sur la croix.

C’est par amour pour l’humanité, que Dieu entreprend de nous envoyer un Sauveur. Marie reçoit une vocation pour rendre possible l’initiative divine à sauver l’humanité prise au piège du péché. Si Dieu a eu besoin de Marie, en revanche, il a aussi besoin de chacun(e) de nous. Nous sommes donc tous appelés à accueillir Jésus qui vient naître dans le monde, non seulement dans nos cœurs mais aussi dans nos vies, nos familles; afin qu’une fois accueilli, nos vies soient le reflet de ce que nous accueillons c’est-à-dire, que nos existences reflètent  la lumière, la transparence. Travaillons à ce que nos cœurs soient le berceau, la mangeoire qui accueille le Sauveur.  

Parler de la naissance de jésus comme source de toute vocation nous amène à regarder les conditions dans lesquelles Jésus est né; qui pour nous, représentent une expression claire et nette de ce à quoi la naissance du Messie nous appelle. Saint Luc en bon historien, nous situe dans le temps et dans l’espace. En effet, l’auteur du troisième évangile nous rappelle que c’est lors du recensement ordonné par l’empereur Auguste que Jésus naît. Un signe fort qui fait dire à Origène « qu’il fallait que le Christ fût inscrit dans ce recensement général, pour qu’inscrit avec tous les hommes [et femmes] il les sanctifiât tous ; pour qu'il ouvrît au monde sa communion, afin de recenser tous les hommes avec lui dans le livre de vie, et que tous ceux qui croiraient en lui soient plus tard recensés dans les deux ».

Jésus naît à Bethléem qui, étymologiquement, signifie « maison du pain ». Une heureuse coïncidence qui fait de Jésus plus tard, le pain vivant qui s’offre à nous à chaque Eucharistie, le pain descendu du ciel qui donne la vie. Il est celui donc les parents n’ont pas de place dans la salle commune, et pourtant dans l’évangile de saint Jean, il dira à ses Apôtres, « je vais vous préparer une place, dans la maison de mon père, il y a de nombreuses demeures » (Jn 14, 2). Celui qui n’a pas de place dans le monde donne à chacun(e) de nous une place auprès de son Père.

À la naissance de Jésus les premiers appelés sont les bergers. Ces derniers ne sont pas allés au recensement parce qu’ils sont les oubliés de la société. Ils reçoivent leur vocation alors qu’ils gardent les troupeaux. Comme David d’ailleurs, l’oublié de la famille de Jessé qui reçoit la vocation d’être roi alors qu’il gardait le troupeau de son père. Les bergers sont donc appelés à la louange, à l’action de grâce. Jésus les choisit sachant que lui-même deviendra le bon Berger qui conduit son troupeau sur les chemins de la vie, le vrai Pasteur qui connaît ses brebis.

Comme source de toute vocation, la naissance de Jésus nous appelle donc à la joie, à l’action de grâce, à la louange, à la simplicité de vie, à la pauvreté de cœur. Sachons que lorsque nous parlons de vocation, il ne s’agit pas seulement de l’appel à servir Dieu comme prêtre ou comme religieuse. Dieu appelle chacun de nous à quelque chose. Ainsi, Jésus dans la crèche nous appelle à vivre en enfants de lumière, qui pensent partager leur pain avec ceux qui n’en ont pas. Laissons-nous donc déranger à Noël.

Chers lecteurs, ami(e)s et bienfaiteurs de Marie-Reine-des-Cœurs, une nouvelle ère est entrain de voir le jour sur la colline mariale de Chertsey, soyons tous les acteurs de cette nouveauté. Et travaillons ensemble pour que l’œuvre de Marie-Reine-des-Cœurs puisse porter du fruit. Je vous prie d’agréer mes vœux de Bonheur et de Sainteté. Joyeux Noël 2018 et Bonne année 2019!

Père Benjamin Ébodé Onambélé , m.s.a.