LE LIVRE DES PSAUMES

Père Ébodé Onambélé Benjamin, m.s.a.

Le psaume ou le psautier est une expression qui vient du grec et désigne l’instrument à cordes qui accompagnait les chants. Dans la Bible hébraïque, psaume signifie louer. Le psautier est dans ce cas un livre de louanges adressées à Dieu. Les psaumes expriment tous les mouvements de l’âme : joie, tristesse, amour, paix, tendresse, pitié, piété etc. Le livre des psaumes est une collection de 150 psaumes.

En hébreu le psautier désigne les hymnes. Les psaumes peuvent aussi être désignés par « cantiques ». La numérotation de la Bible hébraïque est en avance d’une unité avec celle de la Bible grecque et de la Vulgate, qui réunissent les psaumes 9 et 10 et les psaumes 114 et 115 mais coupe en deux les psaumes 116 et 147.

C’est le livre le plus long de la Bible. Le psaume est fait pour être chanté accompagné d’instruments. Le psaume est avant tout un cri de l’homme vers Dieu. Le psautier est le recueil des chants religieux d’Israël. Le psalmiste parle en son nom propre et au nom du peuple. Le psalmiste attribue à Dieu des sentiments dans ces rapports avec les hommes : la tendresse, la vérité, la compassion, la fidélité, la piété.

Structure :

C’est une construction de 5 livrets.

  1. Ps 1 à 41

  2. Ps 42 à 72

  3. Ps 73 à 89

  4. Ps 90 à 106

  5. Ps 107 à 150

Genres littéraires 

On distingue trois genres littéraires : les hymnes, les supplications et les actions de grâces. Cette division n’est pas exhaustive.

  1. Les Hymnes 

Parmi les hymnes, on peut avoir deux groupes :

  1. Les cantiques de Sion : 46, 48, 76, 87. Ils exaltent la ville sainte, et donnent le but des pèlerinages.

  2. Les psaumes du règne de Dieu : 47, 93, 96, 98. Ils célèbrent le règne universel de Dieu.

  3. Les Supplications

Encore appelés psaumes de souffrance ou lamentations. Les supplications s’adressent à Dieu : appel au secours, prière de confiance. On a les supplications collectives et les supplications individuelles : Ps 12, 44, 60, 74, 79, 80, 83, 85, 106, 123, 129, 137 ; Ps 3, 5, 7, 13, 17, 22, 25, 26…

  1. Les actions de grâce

Ce sont en général les remerciements, ils sont rarement collectifs : 18, 21, 30, 33, 34, 40, 65, 68, 92, 116, 118, 124, 129, 138, 144. Les psaumes de remerciement pour l’intervention de Dieu : 9, 10, 30, 32, 34, 81, 92, 116, 138.

Auteurs des psaumes :

Les psaumes sont repartis ainsi qu’il suit :

  • 73 Psaumes à David

  • 12 à Asaph,

  • 11 aux fils de Coré,

  • Les psaumes isolés : Hémân, Étân, Moïse et Salomon

  • 35 psaumes sont sans attribution

La valeur spirituelle des psaumes

La richesse spirituelle des psaumes n’est pas à contester. Ils sont les prières de l’Ancien Testament inspirées par Dieu. Jésus, la Vierge Marie, les Apôtres et les premiers martyrs ont prié avec les psaumes. Les psaumes sont devenus la prière officielle de l’Église. Ce sont des cris de louange, de supplication et d’action de grâce qui ont une résonnance universelle. En effet, ils expriment l’attitude que toute personne doit avoir envers Dieu.

Étude de texte : Psaume 1

Les deux voies 

  • La voie du juste

Le juste est destiné au bonheur : heureux l’homme juste. Ce qu’il ne fait pas : Il ne marche pas selon le conseil du méchant, ne se tient pas sur le chemin des pécheurs (n’emprunte pas les chemins qui conduisent au péché), ne s’assied pas sur le banc des rieurs (rire des autres, se moquer des autres). Il est riche de sagesse, de prudence. Il évite certaines choses. Le juste est consistant, il est lourd, il pèse. Ce qu’il fait : médite la loi du Seigneur. Ce qu’il est : comme un arbre dans l’eau, au milieu de la vie. Il porte son fruit, pas celui de l’autre, il n’est pas perturbé par les saisons. Tout ce qu’il fait porte bonheur, tout concoure au bien de celui qui aime Dieu. Il murmure la loi du Seigneur. Murmurer la loi du Seigneur c’est la méditer, différent de crier dans l’épreuve.

Trois comportements : marché, debout, assis. Il s’agit ici d’un comportement précis. Se plaire dans la loi du Seigneur, elle est délicieuse, la méditer de jour comme de nuit. Le juste est semblable à un arbre qui n’obéit pas au rythme des saisons, porte des fruits en son temps. Tout ce qu’il fait porte chance, même un mal peut porter chance.

  • La voie du méchant

Le méchant est comme la bale= peau du riz, du blé, d’arachide, des autres céréales. Au jugement, le méchant ne se lèvera pas. Se lever : position debout, pour partir, libération. Debout = position de l’homme ferme = gloire de Dieu. Chaque fois que Jésus libérait, il disait lève-toi, vas.

Deux chemins, un connu, celui du juste et l’autre inconnu celui du méchant. Celui du juste conduit au bonheur, celui du méchant à la perdition.

Le psaume 1 en opposant les deux voies célèbre la Loi donnée aux hommes pour leur bonheur.

Psaume 42

  • Nostalgie, libération, lamentation, supplication, confiance d’être sauvé. Ce psaume est la souffrance d’être éloigné de Jérusalem. Cette distance creuse chez le psalmiste une soif spirituelle intense. Il lui reste l’espérance. Nous pouvons tous vivre cet éloignement, ce déracinement.

  • La nostalgie de Dieu pousse la personne humaine à aller à la recherche de son Créateur. Elle est cette soif que nous éprouvons tous. Avec le psalmiste, on dira : « Comme un cerf altéré cherche l’eau vive, ainsi mon âme te cherche, toi mon Dieu. Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant ; quand pourrai-je m’avancer paraître face à Dieu » ? (Ps 42,2-3) Voilà l’expression de la nostalgie.

Autres psaumes à méditer : Psaume 27 : ma lumière et mon salut c’est le Seigneur ; Psaume 23 : le Seigneur est mon Berger

Père Benjamin Ébodé Onambélé , m.s.a.